Intérieur Auto - SelfassuranceL’économie solidaire est le meilleur moyen de faire face aux différentes contraintes actuelles, notamment celles d’ordres environnementaux et énergétiques. Le covoiturage en est un parfait exemple. Ce mode de déplacement est devenu un véritable phénomène de société grâce à l’impulsion d’Internet et de plateformes comme Blablacar.

Du bon sens

L’idée du covoiturage, c’est de partager un trajet effectué en voiture avec d’autres personnes. Au départ, on le faisait entre collègues ou entre voisins. « Comme vous habitez à quelques rues de chez moi, je vous emmène ?« . Aujourd’hui, avec le prix du carburant qui atteint parfois des sommets et la nécessité actuelle de préserver l’environnement. c’est devenu un mode de transport à part entière.

Les avantages du covoiturage sont palpables. Pour le conducteur, cela lui permet de partager l’essence, tandis que pour le passager, c’est plus agréable que de prendre les transports en commun. De plus, certaines zones ne sont pas très bien desservies.

Pour la communauté, cela permet de réduire considérablement le nombre de voitures en circulation en augmentant le taux d’occupation qui est actuellement de 1,7 personne par auto en France. Résultat, on a une circulation plus fluide et moins de pollution.

La France, numéro un du covoiturage

Le succès actuel du covoiturage est étroitement lié à Internet. Il est devenu plus facile pour les conducteurs et les passagers d’entrer en contact. On est aujourd’hui bien loin de la petite combine entre voisins ou collègues. Le covoiturage met en relation de parfaits inconnus sur des plateformes en ligne. Cela demande bien entendu une bonne organisation et dans ce domaine, la France s’en sort plutôt bien. Ce n’est rien de le dire car non seulement le pays a la plus grande communauté, mais il a également le service le plus abouti, pour symbole le numéro un du secteur en Europe : Blablacar. Cette entreprise française revendique aujourd’hui 95 % des annonces de covoiturage au niveau national et compte plus de 6 millions de membres à travers une douzaine de pays.

La confiance, le maitre-mot

Pour arriver à ce succès fulgurant, les plateformes de covoiturage, Blablacar en tête, ont su mettre en place un modèle qui a fait sauter le principal frein à la pratique : le problème de confiance. Il a donc fallu non seulement éduquer les utilisateurs mais aussi mettre en place un service qui réduit l’inconnu. Voilà pourquoi, il faut avoir un compte pour accéder à la plateforme. De plus, les usagers peuvent se laisser des avis et s’évaluer entre eux pour donner des indications aux autres usagers.

Comme le conducteur ne réalise pas de bénéfice, il n’a besoin que d’une assurance Responsabilité Civile pour faire du covoiturage. Dans le cas contraire, il aurait besoin d’une assurance professionnelle.

Cependant, que le conducteur de la voiture soit un adepte du covoiturage ou non, il est obligatoire pour lui d’avoir une assurance pour sa voiture au minimum en Responsabilité Civile.

Pour plus d’informations sur l’assurance auto Selfassurance auto rendez-vous sur le site www.self-assurance-auto.fr

2 commentaires sur « Focus sur la tendance du covoiturage »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s