Il y a différentes façons d’invesHabitation - Selfassurancetir dans la pierre, les achats en viager et en nue-propriété en font partie. Ils ont un point commun : l’acheteur ne jouit pleinement de son bien qu’après de nombreuses années. Toutefois, c’est la seule ressemblance entre ces deux procédés.

Préparer sa retraite avec l’achat en nue-propriété

Acheter en nue-propriété est un moyen d’investir dans un bien immobilier. En contrepartie, l’acheteur met le bien à la disposition d’un bailleur social pour une durée de 15 à 20 ans. L’usufruit est donc détenu par le professionnel qui est libre de louer tout en assurant l’entretien et le paiement des différentes taxes. Ce n’est qu’après cette période dite de démembrement que l’investisseur jouit pleinement de la propriété. Il récupère alors le bien sans aucun droit de mutation et a le choix de l’occuper, le louer ou le vendre.

Bien que les offres d’achat en nue-propriété soient limitées, elles constituent un placement immobilier en pleine croissance, car cette formule procure des avantages. Premièrement, elle permet de se constituer un patrimoine immobilier avec un budget restreint. Deuxièmement, c’est un moyen de préparer sereinement sa retraite avec un investissement locatif à la clé. Enfin, fiscalement, la nue-propriété ne coûte rien à l’investisseur durant la période de démembrement. Il ne paie donc ni impôt sur le revenu, ni impôt de solidarité sur la fortune.

Le pari du viager

Acheter en viager consiste à acquérir un bien immobilier en payant au vendeur, appelé crédirentier, une somme mensuelle, trimestrielle ou annuelle dite rente viagère. La particularité de l’achat en viager est que l’investisseur, le débirentier, doit régler cette rente jusqu’au décès du vendeur. Ce dernier, qui est généralement une personne âgée, peut conserver son droit d’usufruit sur le bien. Cela veut dire qu’il a toujours le droit d’y habiter et même de le louer selon les termes du contrat conclu entre les deux parties. Ledit contrat peut prévoir le versement d’une somme initiale appelée « bouquet » dont le montant détermine la valeur de la rente. Plus il est élevé, moins la rente est importante.

Pour ce qui est des obligations, le crédirentier est tenu de s’occuper de l’entretien du logement ainsi que du paiement de la taxe d’habitation s’il continue à y habiter. Il doit également souscrire une assurance habitation en tant que simple occupant. Par contre, la taxe foncière est à la charge du débirentier.

L’achat en viager s’apparente beaucoup à un pari pour l’investisseur. Il peut en effet perdre gros si le vendeur vit plus longtemps que ses prévisions. De la même manière, il aura fait une bonne affaire si le crédirentier venait à mourir plus tôt. La loi veut que l’investisseur ne soit pas au courant d’une maladie du vendeur au moment de la signature du contrat. La date éventuelle du décès de ce dernier doit être totalement imprévisible.

Quel que soit le moyen d’achat choisi, il est conseillé à l’acheteur de contracter une assurance habitation, afin de la protéger, ainsi que son contenu en cas de sinistre.

Pour en savoir plus sur notre assurance habitation Selfassurance habitation, rendez-vous sur habitation.self-assurance.fr.

Un commentaire sur « Focus sur les achats en viager et en nue-propriété »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s