Véhicule écologique - SelfassuranceLa France a toujours été connue comme étant une terre d’accueil pour les véhicules diesel. Les modèles qui fonctionnent au gazole représentent plus de deux tiers du parc automobile, mais on note depuis deux-trois ans une baisse des ventes. À en croire les chiffres, les français commencent à tourner le dos à leur carburant fétiche.

Couronnement du diesel…

L’histoire d’amour entre les véhicules diesel et les français est le fruit d’une succession d’évènements. En premier lieu, le lancement du parc nucléaire décidé par le Général de Gaulle après la Seconde Guerre Mondiale a créé une surproduction de gazole qui a conduit le gouvernement à inciter la production de moteur diesel pour écouler le stock.

Les chocs pétroliers des années 70 ont favorisé la demande de véhicules diesel qui consomment moins et dont le prix au litre de carburant est inférieur. Ces arguments sont toujours d’actualité, même si l’écart avec les autres types de véhicules se resserre.

Enfin, la politique fiscale a clairement avantagé les moteurs qui utilisent ce carburant, car les considérations environnementales de l’époque ne prenaient en compte que l’émission de CO2.

Résultat : le marché du diesel a explosé. Plus des deux tiers du parc automobile carbure au gazole actuellement, alors que ces véhicules ne représentaient que 5 % des immatriculations en 1980. En 2012, 72,9 % des voitures vendues étaient des modèles diesel.

Le déclin ?

Le gouvernement a toutefois changé son fusil d’épaule. Différentes recherches ont démontré que les véhicules diesel ont un impact néfaste sur la santé à cause des particules fines rejetées. Des dispositifs s’attaquent désormais à ces modèles. La Maire de Paris Anne Hidalgo prévoit même d’interdire la circulation des véhicules diesel dans la capitale dans quelques années.

Par conséquent, les ventes ont commencé à chuter depuis 2013, passant de près de 73 % l’année précédente, à 68,7 %. En 2014, 64 % de modèles diesel ont été vendus. Cette année 2015 encore, les ventes ont franchi un nouveau palier en descendant sous la barre des 60 % en janvier.

Les nouvelles normes anti-pollution commencent à avoir raison du succès de ce carburant. Les consommateurs se demandent de plus en plus si cela vaut la peine d’acheter un modèle diesel 1 000 à 1 500 euros plus cher qu’un modèle essence. L’assurance est également 10 à 15 % plus chère à cause du coût élevé de l’entretien. Parallèlement, les moteurs à essence sont de plus en plus performants et moins gourmand en énergie.

Pour en savoir plus sur la rentabilité des moteurs diesel, essence et électrique, consultez notre précédent article  » Essence, diesel ou électrique : quelle énergie est la plus rentable ? « 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s