Sécurité routière : plus de 5 000 voitures potentiellement dangereuses sont en circulation

Alors que le gouvernement lutte activement contre la mortalité routière, les forces de l’ordre ont démantelé un réseau de trafic de voitures gravement endommagées, dites VGE. 3 experts automobiles sont impliqués.

Un trafic juteux et bien huilé

Les forces de l’ordre, épaulées par des spécialistes du Ministère des Transports, ont mis fin aux agissements d’un réseau francilien d’escroquerie qui mettait sur le marché de l’occasion des voitures impropres à la vente. Au centre de ce trafic se trouvent 3 experts automobiles qui délivraient des certificats de remise en circulation, sans vérifier les réparations effectuées. Les voitures étaient ensuite mises en vente dans des garages, 15 dans l’Essonne, 1 dans les Yvelines et 1 dans le Loiret. Elles étaient également proposées sur le site Leboncoin.

En l’espace de 3 ans, les experts automobiles corrompus ont remis en circulation plus de 5 000 VGE ou voitures gravement endommagées. Cette combine leur permettait de gagner 8 000 euros par mois. Par ailleurs, une somme de 1,5 million d’euros a été saisie.

L’enquête entamée il y a 7 mois a abouti à la mise en examen de 11 personnes pour « escroquerie en bande organisée » et « mise en danger de la vie d’autrui ». Au total 5 014 automobilistes ont acheté à leur insu une voiture potentiellement dangereuse. Le Ministère des Transports va se charger de contacter ces victimes pour effectuer une expertise des véhicules.

Qu’est-ce qu’une VGE ?

VGE signifie véhicule gravement endommagés. Une voiture qui a subi d’énormes dégâts doit avoir l’autorisation d’un expert automobile pour pouvoir circuler à nouveau. Le rôle de cet agent est de vérifier que les réparations effectuées sur le véhicule lui permettent de rouler sans représenter un danger, ni pour les passagers, ni pour les autres usagers de la route. Un VGE n’est donc pas autorisée à circuler sur la voie publique.

L’expert automobile chargé d’évaluer l’état d’une voiture est habilité par la Direction de la sécurité et de la circulation routière. Il intervient le plus souvent à la demande de l’assureur après un sinistre. En cas d’immobilisation immédiate requise, l’expert automobile doit prévenir la préfecture. L’automobiliste n’a le droit de conduire sa voiture qu’une fois les réparations recommandées faites. L’expert automobile effectue alors une seconde investigation et dresse cette fois un rapport de conformité qui signifie que la voiture peut être remise en circulation.

Les forces de l’ordre peuvent également estimer qu’un véhicule n’est pas en état de reprendre la route après un accident ou un simple contrôle. Le certificat d’immatriculation est alors retiré et la voiture est immobilisée.

Un commentaire sur « Sécurité routière : plus de 5 000 voitures potentiellement dangereuses sont en circulation »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s