Les voitures autonomes ont le droit de circuler sur les routes françaises. Voilà l’une des principales informations de la nouvelle loi de transition énergétique.

La nouvelle loi de transition énergétique

Young couple with cabriolet in summer on day tripLa technologie connectée gagne de plus en plus d’importance dans l’industrie automobile. Lorsqu’on choisit une voiture, il n’est plus seulement question de moteur, de tenue de route et autres. D’autres critères s’imposent comme les nouvelles normes industrielles.

La délégation de conduite pourrait en faire partie dans un futur proche. C’est ce qui a poussé le gouvernement à modifier la loi, de manière à suivre l’évolution des avancées technologiques. Ainsi, la nouvelle loi de transition énergétique prévoit d’autoriser la circulation des véhicules autonomes sur la voie publique.

PSA Peugeot Citroën a déjà testé cinq modèles de voitures autonomes sur les autoroutes et les routes nationales depuis juillet 2015 et cela a été possible grâce à une dérogation. Désormais ces expérimentations pourront s’effectuer dans un cadre entièrement légal. Néanmoins durant les tests, un ingénieur doit pouvoir reprendre les commandes en cas de problème.

Outre la tranquillité qu’elles offrent à son conducteur, les voitures autonomes présentent d’autres avantages, à savoir l’amélioration de la consommation de carburant et la réduction de la pollution, en raison d’une conduite économique.

Le Code de la route à la lettre

Pour voir les premières voitures autonomes françaises, il faudra attendre jusqu’en 2018 avec la mise sur le marché des modèles que PSA est en train de tester. Chez Renault, on parle d’une Next Two dès 2020. Les analystes s’accordent à dire qu’à l’horizon 2035, ces automobiles représenteront 30 % de la production automobile au niveau mondial. La mise en circulation de ces voitures aura un impact sur l’assurance auto. De nouveaux contrats devront être proposés, car non seulement les véhicules autonomes réduisent considérablement les risques d’accident, mais la responsabilité n’incombera plus au propriétaire.

Un article paru dans le New York Times a révélé que dans les accidents impliquant une voiture autonome Google Car, un tiers est mis en cause. La cohabitation entre les vrais conducteurs et les machines est encore difficile.

Le problème est simple : la voiture à délégation de conduite respecte à 100 % le Code de la route mais ce manque d’humanité est problématique. À un croisement par exemple, la voiture autonome n’avancera pas, tant que les autres véhicules ne sont pas complètement immobilisés. Or dans la réalité, chaque automobiliste avance légèrement jusqu’au moment où il peut s’élancer, tout en cherchant le contact visuel avec les autres automobilistes. La question de l’assurance demeure donc encore un vrai débat.

Venez découvrir les offres de Selfassurance auto et profitez de 2 mois d’assurance offerts.

car
Voire conditions générales de vente

Un commentaire sur « Des voitures sans chauffeurs sur les routes françaises »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s