Une habitation peut subir des dégâts plus ou moins importants, entrainés par des catastrophes naturelles telles qu’une tempête ou une inondation tout au long de l’année. En règle générale, les préfets doivent réaliser des PPRI, (Plans de Prévention des Risques d’Inondation) mais en raison d’un manque de moyens, parfois ils ne peuvent pas mettre en place de mesures efficaces. Pour protéger son bien des inondations et autres catastrophes naturelles, voici quelques conseils.

Éviter les zones inondables

Earthquake

Que ce soit dans l’achat ou la location d’un bien, il faut se renseigner sur les risques d’inondations. En premier lieu, il est nécessaire d’évaluer la position du bâtiment par rapport aux cours d’eau et à la mer.

Ensuite, il faut se concentrer sur la qualité des systèmes d’évacuation et les points bas qui peuvent sombrer en cas de crue.

Pour ceux qui souhaitent faire construire une maison, le choix du terrain est essentiel pour anticiper toutes catastrophes naturelles. Il est conseillé de choisir un terrain en hauteur et de mettre des dispositifs de drainage pour garantir la sécurité du bien.

Il est à noter qu’il est interdit de bâtir dans une zone inondable. Cependant, les bâtiments déjà présents dans ces secteurs avant la mise en vigueur de cette interdiction n’ont pas été démolis. En absence de vérification, il est donc possible d’acquérir ou de louer une maison située dans ces zones à risque, ce qui est fortement déconseillé, du point de vus de l’interdiction et des risques encourus.

S’informer sur les mesures mises en place par certaines communes

Dans certaines communes, des digues ont été installées pour pouvoir construire dans des zones inondables. Néanmoins, en cas de forte crue, ces secteurs peuvent sombrer sous les eaux. C’est pourquoi il est recommandé de bien s’informer sur la présence de digue à proximité de sa future maison pour évaluer les risques d’inondations et opter pour un autre emplacement si besoin.

Pour plus de précisions sur les secteurs inondables ou soumis à d’autres catastrophes naturelles telles que les séismes, il est préférable de consulter l’atlas des zones à risque. Si le terrain est situé dans un secteur fréquemment frappé par des tremblements de terre, le bien doit être construit selon les normes antisismiques en vigueur.

Que faire en cas de gel ?

Dès que le froid commence à s’installer, il est conseillé de vidanger les robinets extérieurs et de protéger le compteur d’eau à l’aide de matériaux tels que le polystyrène. La laine de verre est à proscrire puisqu’il retient l’humidité.

Si un tuyau subit l’effet du gel, il est déconseillé de le réchauffer avec un chalumeau. Il est préférable d’opter pour un sèche-cheveux.

Pour information, l’assurance multirisque habitation peut couvrir les dégâts causés par les catastrophes naturelles. Si le contrat ne couvre pas les dégâts des eaux et des catastrophes naturelles, il est conseillé de demander des extensions de garanties, surtout si le bâtiment est situé dans une zone à risque.

Pour plus d’informations sur l’assurance multirisque habitation rendez-vous sur le site Selfassurance habitation et effectuez votre devis personnalisé en quelques clics, profitez aussi de 3 mois d’assurance offerts !

assurance habitation selfassurances 3 mois offerts
Voir conditions générales de vente.

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s