La transformation d’une grange, d’une écurie ou d’une bergerie est une excellente solution pour ceux qui souhaitent accéder à une habitation spacieuse pour un coût plus abordable. Cependant, avant de se lancer dans un projet d’une telle envergure, il est fortement conseillé de s’informer sur les possibilités offertes par la stratégie urbanistique de la commune d’implantation. De plus, un certain nombre de formalités administratives sont à prévoir, comme les demandes d’autorisation, nécessaires à toute réalisation de travaux d’aménagement.

Comment choisir sa future acquisition ?

Baxter County Barn

Les réglementations concernant la réhabilitation d’une grange ou d’un local peuvent différer d’une commune à l’autre qui aura codifié la destination des terrains et des propriétés dans des Plans d’occupation des sols (POS) ou des Plans locaux d’urbanisme (PLU). La commune peut aussi se référer uniquement au code général de l’Urbanisme. Dans ces trois cas, il existe des situations et des contraintes différentes et une possibilité d’obtention du permis variable.

Il est donc conseillé de se renseigner en amont des travaux.

Pour optimiser ses chances d’obtenir une autorisation de travaux, il est préférable d’opter pour une grange accolée à une habitation, car elle s’inscrit dans le prolongement de cette dernière et peut donc être considérée comme un garage. Dans la majorité des cas, les biens de ce type peuvent être aménagés sans problème.

Les autorisations nécessaires

En règle générale, le changement de destination d’un local ne nécessite aucune autorisation spécifique. Cependant, en pratique, tous les travaux entrepris à l’intérieur (mise en place d’appareil sanitaire, etc.) et à l’extérieur (travaux au niveau de la façade, création de fenêtres, etc.) doivent faire l’objet d’une autorisation.

Pour transformer sa grange en habitation, l’acquéreur doit faire une demande de permis de construire si la surface est supérieure à 20 m² et une demande d’autorisation de travaux si elle est inférieure à 20 m².

Pour information, la commune peut refuser la délivrance d’un permis de construire si le bien n’est pas raccordé aux réseaux d’eau et d’électricité ou s’il en est trop éloigné. En revanche, si les installations de collecte des eaux usées et des déchets sont proches, les autorités n’ont pas le droit d’apposer leur véto, mais elles peuvent cependant exiger la mise en place d’un système d’assainissement individuel répondant aux différentes normes en vigueur.

Concernant l’assurance, le propriétaire peut souscrire un contrat habitation classique, semblable à celui d’une habitation standard.

Avec Selfassurance habitation, vous disposez d’un large choix de formules et d’options pour assurer votre bien immobilier.

Pour connaître le détail des offres de Selfassurance habitation, connectez-vous sur le site : http://www.self-assurance-habitation.fr.

Vous pouvez y effectuer un devis personnalisé et gratuit en quelques clics.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s