Le burn-out est un mal qui touche de plus en plus la population active en Europe. Si les psychotropes sont le plus souvent prescrits, la cure thermale ferait aussi figure d’alternative.

Une nouvelle orientation thérapeutique thermaliste

dv1967028

La cure thermale est généralement connue pour soulager les rhumatismes, les allergies respiratoires, l’asthme ou encore les problèmes dermatologiques. Une nouvelle orientation thérapeutique a peut-être fait son apparition dans cette liste, il s’agit de la prévention du burn-out. En effet, le thermalisme serait efficace contre l’anxiété et la dépression. C’est ce qui est ressorti d’une étude menée en Autriche sur 65 patients souffrant de burn-out. Après trois semaines de cure, les chercheurs ont constaté des améliorations au niveau de la fatigue, du stress, de la motivation et du sommeil chez les patients, quel que soit leur niveau de burn-out, de modéré jusqu’à élevé.

Les résultats sont allés au-delà des espérances, car trois mois après la fin de la cure, les patients allaient toujours mieux. Si l’étude doit encore être confirmée, c’est déjà suffisant pour le directeur des thermes de Saujon, en Charentes Maritimes, le Dr Olivier Dubois pour envisager de faire de son établissement un centre spécialisé dans la prévention du burn-out. Il prévoit ainsi une plateforme pour la prise en charge du mal dès les premiers symptômes. « L’idée est de sortir les patients de la spirale qui mène à l’épuisement », a précisé le psychiatre. Un protocole d’expérimentation allant dans ce sens est d’ailleurs en cours d’élaboration.

Une nouvelle approche

Les thermes de Saujon ont déjà démontré par le passé que les cures thermales constituent une alternative aux psychotropes. En effet, le thermalisme s’est avéré plus efficace à 44 % qu’un traitement de référence dans une étude sur 237 patients souffrant d’anxiété généralisée. Les améliorations persistent un mois après la fin de la cure et jusqu’à six mois après pour les deux tiers. Une autre étude s’est penchée sur l’impact de la cure thermale sur le sevrage d’anxiolytiques et de somnifères à base de benzodiazépines. Menée sur 70 patients, la cure a permis à 41 % d’entre eux d’arrêter la prise des médicaments six mois après, tandis que 80 % ont réduit leur dose de moitié.

À l’heure actuelle, le burn-out est traité soit par les médicaments, soit par la psychothérapie. Ces méthodes thérapeutiques ont chacune leurs limites avec notamment le risque important de dépendance avec les psychotropes. C’est donc une nouvelle approche que propose la cure thermale.

Il faut savoir que si elle est prescrite par un médecin, la cure thermale est prise en charge par la Sécurité sociale dans les limites de l’Assurance maladie. Souscrire une complémentaire santé permettra de combler le reste à charge.

Selfassurance santé propose 4 gammes d’assurance santé correspondant à tous les besoins et tous les budgets. Les cures thermales sont prises en charge jusqu’à 250% sur nos formules Locostia, Victoria et AvantAge.

Pour découvrir la formule qui vous convient en matière d’assurance santé, connectez-vous sur le site https://sante.self-assurance.fr/. Vous pourrez y effectuer un devis gratuit et sans engagement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s