Des chômeurs et de nombreux travailleurs précaires en France

Avec 5,6 millions d’inscrits à Pôle Emploi au 1er trimestre 2019, le nombre de chômeurs en France tend à baisser, mais reste une préoccupation d’actualité. D’autant plus que les contrats précaires ou de courte durée augmentent continuellement. Difficile dans ce cas de ne pas se préoccuper de perdre son emploi et des conséquences, qui plus est lorsqu’on accède à la propriété.

On pourrait donc croire que les clients qui contractent un crédit immobilier sont nombreux à opter pour la garantie perte d’emploi. Et que de leur côté les banques en font une recommandation. Mais il n’en est rien. Cette garantie facultative de l’assurance de prêt est en réalité peu souscrite.

La garantie perte d’emploi ne s’applique pas en cas de démission

Dans le contexte actuel, pourquoi donc la garantie perte d’emploi est-elle si impopulaire ? Tout simplement parce que l’indemnisation se limite dans la plupart des cas à une perte d’emploi involontaire. Les démissions, ruptures conventionnelles et autres licenciements pour faute ne sont donc pas concernés. De même, la garantie ne s’applique pas à l’issue d’un contrat à durée déterminée (CDD) ou en cas de chômage partiel.

Autrement dit, ce sont surtout les problèmes économiques des entreprises, donnant lieu à une réorganisation ou à des licenciements qui sont concernés. Des cas qui représentaient moins de 10 % des fins de contrats en France en 2012. En comparaison, la démission était le premier motif de départ avec 56 % des cas.

Indemnisation et prise en charge

Si vous perdez votre emploi mais que vous avez souscrit à un contrat de crédit immobilier avec assurance perte d’emploi, vous devrez immédiatement communiquer les documents suivants à votre assureur afin d’être pris en charge :

  • Votre contrat de travail ;
  • Votre lettre de licenciement ;
  • L’attestation Pôle Emploi de l’employeur.

Enfin, en fonction des clauses du contrat, la durée d’indemnisation et la prise en charge du crédit immobilier varieront de manière plus ou moins grande. Ainsi, l’indemnisation peut être soit partielle ou totale, soit immédiate ou échelonnée. Bien souvent, l’assurance perte d’emploi prendra le relais du paiement des échéances sans limite dans le temps. Selon les compagnies, cela peut varier entre 18 et 48 mois. Ce délai laisse largement le temps à une personne se retrouvant au chômage de rebondir et de s’insérer de nouveau durablement dans la vie active.

Quant à la prise en charge en tant que tel, elle peut aller de la moitié de la mensualité jusqu’à 100 % du montant. Pour être assuré de la sorte, il faudra débourser entre 0,3 % et 0,7 % du montant emprunté ou 1 % à 7 % des mensualités. Cela dépend encore une fois des assureurs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s